Albert Rubin, peintre de la réalité
Par Nicole Benaim pour Guysen Israel News.
Jeudi 8 février 2007 à 17:47
Certains peintres juifs du siècle dernier ont accédé à la célébrité et demeurent inscrits dans l’histoire de la peinture. D’autres n’ont pu donner leur mesure: ils ont péri dans les camps de la mort avec les poètes, les écrivains, les musiciens, un million d’enfants et des millions d’hommes et de femmes. Parmi ceux qui ont échappé à la déportation, des peintres dont le talent a été reconnu de leur vivant, n’ont pas eu, du fait de la guerre, la notoriété qu’ils méritent. Albert Rubin est de ceux-là.

Un livre et deux expositions récentes à Paris des œuvres du peintre Albert Rubin (1887-1956) nous ont fait découvrir un grand artiste.
Albert Rubin est né en 1887 à Sofia en Bulgarie, dans une famille modeste. Apprenti- menuisier, très doué pour le dessin, il est remarqué par le professeur Boris Schatz qui le fait entrer à l’école des Beaux-Arts de Sofia. Il a 18 ans quand Boris Schatz crée l’Académie d’art et d’artisanat Betzalel à Jérusalem selon un projet, approuvé par le congrès sioniste de 1905, projet visant à encourager les jeunes artistes juifs les plus doués d’Europe à étudier en Terre d’Israël. Albert Rubin, reçu dans les premiers à Betzalel, y restera 3 ans, durant lesquels il peint et sculpte.

Une existence difficile

De retour en Bulgarie, il décide de venir à Paris. Il passe avec succès le concours d’entrée à l’école des Beaux-Arts. Il n’a pas un sou en poche, vend ses œuvres sur le trottoir et dessine sur le bitume. Il poursuivra ses études jusqu’en 1916.
Pressenti pour le grand prix de Rome, il ne peut concourir en tant qu’étranger. Il entre dans la célèbre revue littéraire «l’Athénée de France» et débute une carrière de portraitiste. Les journalistes de l’époque lui prédisent un brillant avenir.
Sa mère meurt en Bulgarie. Son père, veuf, rejoint Albert à Paris. Il débarque de Sofia avec ses cinq autres enfants dont l’aîné a 16 ans et le plus jeune 4 ans.
Peu après son arrivée à Paris, le père meurt à son tour. Ainsi en 1914, le jeune peintre se trouve chargé d’âmes. En travaillant sans répit, il pourvoira à la survie et à l’éducation de ses frères et sœurs, placés dans des institutions juives.

Son talent est reconnu et il vit grâce à de nombreuses commandes de portraits où il excelle (fig. 1). Il expose dans des salons parisiens dont le Grand Palais. Il fait partie de la «société des Artistes de France», et sera primé.

Il exécute des travaux décoratifs, s’essaye à la publicité, crée une affiche qu’on verra sur les murs du métro parisien.

En 1931, il perd accidentellement l’œil gauche, mais reprend très vite son travail.
En 1933, à l’âge de 46 ans, il se marie ; il aura 2 enfants.
Il fait un séjour en Suisse où il connaît un grand succès, devient un portraitiste recherché.
Septembre 1939, c’est la guerre puis la défaite et l’occupation. Albert Rubin doit se cacher avec sa famille, subsiste en monnayant quelques tableaux. L’après-guerre, dans une France dévastée, n’est pas une période faste pour le marché de l’art.
Il sera l’un des fondateurs de l’«Association des Artistes Peintres et Sculpteurs Juifs de France» et figurera dans tous ses salons. Lauréat en 1950 du Salon des Artistes français il expose presque tous les ans au Grand Palais. 

Albert Rubin meurt en 1956 des suites d’un accident de la circulation, à l’âge de 68 ans.

Croquis, huiles, pastels : un peintre complet

Il a laissé une œuvre immense que sa fille Sylvia met en lumière depuis 2004 quand elle en devient la seule héritière à la mort de son frère Claude.
Sylvia nettoie elle-même ou fait restaurer les tableaux souvent en mauvais état, essaye de les classer et de comprendre le parcours de l’artiste. Elle a ainsi pu retrouver des photos de son père en compagnie du peintre célèbre Mané-Katz.
1 Albert Rubin excelle dans les croquis et Sylvia a récupéré des centaines de dessins au crayon noir ou de couleur qu’elle classe par thèmes : des bébés qui pleurent, des enfants, des fillettes avec des poupées, des femmes avec des chapeaux cloche ou des capelines qui leur donne élégance et maintien, des corps de femmes dévêtus et pudiques. Il croque d’un trait rapide et habile, des anonymes, des hommes cigarette roulée au bec, le regard abruti par l’alcool, avec des casquettes informes mais aussi d’élégants messieurs en frac, haut-de-forme luisant et col amidonné, aux longues moustaches relevées, goménolées à la mode des années 30. Un croquis de Léon Blum voisine avec celui de Paul Vaillant-Couturier, sans que l’on sache dans quelles circonstances ils ont été exécutés.

2 Dans les huiles de grand format, le peintre réalise de nombreux portraits, en pied ou en buste d’hommes célèbres de son époque, (un général, des journalistes, des aristocrates) de femmes aux multiples visages et expressions. Il représente avec lyrisme des corps de femmes épanouies, dont les poils du pubis ont été gommés avec pudeur. On comprend vite qu’il cherche à saisir le miracle d’un corps avec ses courbes, le galbe d’un sein ou la splendeur d’une chevelure. Il n’y a jamais de vulgarité ou d’excès. Tout est mesure et harmonie.
Albert Rubin a peint aussi des paysages.
- La période israélienne l’inspire avec les pierres roses de Jérusalem sous un ciel bleu immense, les ruelles et les souks, les visages burinés d’arabes, les vêtements drapés d’un pacha. (fig. 2).









- La période suisse exprime la sérénité. Albert Rufin a saisi toute la majesté des sapins, des prés et des lacs limpides.
- Paris est magnifique sous ses pinceaux, avec ses ponts, les quais de la Seine, l’église Notre-Dame, les jardins du Luxembourg.
Les arbres dénudés sans feuilles qui lancent au ciel leurs bras décharnés sont travaillés comme des portraits (fig. 3).




3 Les pastels ont une place privilégiée dans son œuvre, avec de grands et petits formats dans un univers poétique de calme et de grâce (fig. 4).


Il a réalisé en utilisant cette technique un superbe auto-portrait où il se représente en buste, coiffé d’un feutre dont le bord obscurcit la partie supérieure du visage ; le nez est chaussé de grosses lunettes. Ses yeux scrutent sa propre identité. Il a un regard doux et triste. Albert Rubin souhaite cette part d’ombre qui le place en retrait (fig. 5).

Un devoir de mémoire

Ses tableaux sont construits avec rigueur et une attention particulière sur la lumière et les contrastes ombre et lumière. Tous ont en commun la sensibilité, la réserve bienveillante, l’intelligence aiguë avec lesquelles il a observé ses modèles pour en représenter l’âme .
Les couleurs sont subtiles, jamais heurtées : des beiges, des verts d’eau, des bleus ardoise. Les gris, les noirs sont ses couleurs phares. Mais sa palette change suivant le sujet et il ose les contrastes, toujours avec le même bonheur.

Il utilise tous les matériaux : crayons noir et de couleur, pointe bic, fusain, sanguine pour aborder la réalité qu’il analyse avec précision et sensibilité : il peut peaufiner les détails, peindre avec délicatesse les feuilles des arbres ou brosser par taches une falaise au coucher du soleil, changeant ainsi de style d’une œuvre à l’autre. S’agit-il d’époques différentes de sa création artistique ou de choix distincts selon son humeur ? La plupart de ses tableaux ne sont pas datés et l’on ne peut répondre avec précision.

On perçoit tantôt le regard de Cézanne pour les paysages, de Matisse pour les croquis ; de même retrouve-t-on des factures impressionniste et cubiste, mais toujours le style propre à Albert Rubin.

La lutte de tous les instants pour survivre l’a-t-elle empêché de poursuivre une démarche picturale ? Alors que son talent apparaît d’emblée comme une évidence.
Sylvia s’attache à faire connaître l’œuvre de son père. Sont prévues des ventes aux enchères à Paris et d’autres expositions à Paris, ainsi qu’au musée d’Ein Arod en Israël. Des pourparlers avec le musée de Tel-Aviv sont en cours en vue de l’acquisition de plusieurs toiles.

S’il existe un devoir de mémoire, c’est bien à nous, héritiers d’un monde disparu qu’il incombe de tirer de l’ombre des talents de cette qualité.

Source
Albert Rubin, biographie illustrée. Marquises Edition. Paris, 2006.


Figure 1 - La jeune fille aux yeux de rêve
Figure 2 - Palais du roi David. Jérusalem
Figure 3 - L’hiver
Figure 4 - La jeune fille
Figure 5 - Autoportrait

 Vos réactions à l'article  |  Ecrire à l'auteur  Imprimer    Envoyer
NOUVEAU Votre réaction sera publiée dans les plus brefs délais au bas de l'article concerné. La rédaction se réserve le droit de ne pas publier les textes qui ne seraient pas en conformité avec notre éthique. Nous vous remercions de votre compréhension.

  REACTIONS
 1.Biographie du peintre
Dan Krajcman, Paris (09/02/2007)
 2.famille Rubin
Adato, Netanya (10/02/2007)
 3.Albert RUBIN
E. CALA, PARIS (10/02/2007)
 4.réaction article Albert Rubin peintre de la réalité
Hélène, Ile de France (13/02/2007)
 5.Albert Rubin
Elfy, Paris (15/02/2007)

   A LA UNE
Churchill ou Chamberlain ?
Editorial de la semaine du 17/02/2007
Souviens-toi…16 février
Les Maghrébins sous les feux de la rampe.
Souviens-toi…15 février
Les nouveaux droits des malades
 
   Personnalités
'Je ne vous ai jamais oubliés'
Albert Rubin, peintre de la réalité
Deux à trois choses que je sais de Guysen
Un Juste honoré à Marseille … le Père Patrick Desbois
Entretiens intimes avec Uri Dan
dictionary
Israflash 133 x 44
FINANCES 
Cours des principales monnaies contre le Shekel : CLIQUEZ ICI
FOCUS 

Traiter sur le Forex en ligne
Pour gagner sur la hausse de l'euro cliquez ici :
www.finotec.com

Eldan
La plus grande société de location de voitures en Israël vous offre 20% de remise.

POURIM pour tout enfant d'Israël
Enfant nécessiteux...lui aussi a droit à un Pourim dans la joie et la... dignité.
www.yadezra.net

Scopeo référencement et WebMarketing
Référencement, consulting et formation
Contactez-nous sur www.scopeo.fr

Dan Foster
Musique libre de droit, film, tv, multimedia, internet
www.Filmtv-tracks.com

La boutique
Les plus grandes marques d'Israël à des prix imbattables
guysen-boutique
LA PARACHA 
Commentaire de la semaine:
CHEMOT - Parachat MICHPATIM
Par le Rav Arié Levy
Traduction Rabanit Ayala Levy.

ICI, vous pouvez commander le livre : "Le chant de la vie"
LA MENA... 

L'info vraie au moyen orient, les analyses les plus fiables, une indépendance d'esprit jamais trahie.
LIRE ICI

© Metula News Agency